Publié le 18.05.2018 - Par Théâtre Bouche d'Or

Dans l’oeil du voy(age)eur

La Cie Théâtre Bouche d’or prépare une création originale en collaboration avec le nouveau lieu culturel saintais Le Silo.

Dans ce cadre, nous sommes à la recherche de cameras en état de marche, avec leurs câbles d’alimentation et de connexion.

Mini dv ou numérique, vous avez certainement dans vos greniers une camera qui pourrait trouver une seconde vie avec notre spectacle.

Nous recherchons également des vidéoprojecteurs pour assurer la retransmission de nos vidéos en direct.

 

 

Ce projet m'intéresse

Le nouveau lieu culturel saintais Le SILO et la compagnie théâtrale professionnelle saintaise TBO réunissent une équipe d’artistes, en vue de proposer au public un dispositif associant plusieurs disciplines et supports.

La seule énigme, c’est l’intime.

Comme abandonné en plein cœur du Silo, un véhicule type caravane est à l’arrêt… Le mouvement va se faire pourtant, autour et dedans : dès leur arrivée, les spectateurs circulent librement dans l’espace Silo, accueillis par deux musiciens jouant en direct.
Ici, nul dispositif frontal. Les membres du public ne prennent pas place sur des fauteuils répartis en rangées face à une scène. Ils peuvent au contraire se mouvoir à leur guise.

À l’intérieur de la caravane, deux protagonistes se trouvent en présence, confinés au sein de ce lieu clos (le public n’y entre pas).

Des images vidéo sont filmées et projetées en direct sur différents murs du Silo : deux caméras filment les acteurs dans la caravane en plans serrés, tandis que deux autres caméras placées à l’extérieur de la caravane filment les spectateurs en plans plus larges. Une cinquième caméra, surplombant l’ensemble, en somme l’Œil du Silo lui-même, capte et retransmet la totalité du processus.

Seules les caméras situées à l’intérieur de la caravane sont amovibles : elles sont alors manipulées « à vue » par les comédiens. Les cinq caméras filment en continu ; et cinq vidéo-projecteurs projettent ces images sur cinq pans de murs du Silo, selon une mise en espace choisie.

Les spectateurs peuvent ainsi apercevoir les deux personnages au travers des fenêtres de la caravane, saisir des bribes de leurs échanges verbaux et assister à leur intimité. Mais ils peuvent de même s’éloigner du véhicule et regarder les images diffusées aux murs.

Dans la mise en place de ce « concept d’installation artistique », rien n’est pré-filmé. La musique, de même, n’est pas pré-enregistrée. Elle adviendrait comme celle d’un film muet, sonorisé en direct. Le duo de musiciens entre ainsi en synergie étroite avec le duo de comédiens : ils entretiennent un dialogue constant. Les deux guitaristes croisent au fil de la représentation des inspirations bruitistes et expérimentales, aux couleurs électro-rock.

Pour ce qui se passe dans la caravane :

  • le mode de jeu n’est pas narratif, il ne s’agit pas de raconter une histoire, d’expliciter les rapports vécus par les protagonistes (ni de psychologie)
    les personnages adoptent, par leur jeu, un rapport au temps « synchronique » (pas d’illusion dans la temporalité qui sera montrée ; et en somme une minute durera bel et bien une minute)
  • les acteurs s’intéresseront, de par la petitesse de leur espace de jeu, à ce qui relève du « micro-évènement », perçu sur le mode du « zoom »
  • le travail des acteurs devra intégrer aussi le fait qu’il soient potentiellement vus à la fois au travers des vitres de la caravane ET via le prisme des vidéos projetées sur les murs du Silo (c’est une double contrainte constante, dans l’écriture de la scénographie d’ensemble)
  • il sera question d’intimité, de peau, de corps, sans que le dispositif se veuille spécialement provocateur (cela ne tournera pas au peep-show)
    l’un des personnages pourra filmer l’autre à certains moments de la représentation (voire prendre certains spectateurs, proches de la caravane, dans le champ de sa caméra)

Quoi qu’ils fassent, les spectateurs seront ainsi, malgré eux, placés tour à tour dans une position d’exhibitionnistes et de voyeurs.

Ce dispositif offre un jeu de dédoublements, différents points de vue sur une intimité diffractée : il propose à chacun de cheminer et d’élaborer sa propre histoire au sein d’une expérience collective.

LES MEMBRES DE L’ÉQUIPE

  • Carole Alopeau : contact Silo
  • Marine Biton Chrysostome : comédienne
  • Sébastien Cassen : créateur dispositif vidéo
  • Yann D’Aubigné : musicien live
  • Anthonny Émile : créateur dispositif lumière
  • Laurent Fol : musicien live
  • Paul Macmahon : contact Silo
  • Sabine Poitevin : constructrice-décoratrice
  • Yvan Serouge : comédien
  • Christian Veautes : constructeur-décorateur

NOTRE PLANNING PRÉVISIONNEL

D’ici le mois de septembre : poursuivre nos dialogues et nos échanges, afin d’avancer l’écriture et la conceptualisation d’ensemble ; lister les questions techniques et financières ; budgétiser notre projet ; réunir des fonds et du matériel ; lancer un « caméra-funding » ; réserver des espaces de répétitions et de travail, en prévision du planning de septembre ; lancer la communication et l’ouverture de la billetterie pour la représentation publique ; anticiper tout ce qui concerne l’acquisition de la caravane (point crucial)

Dès début septembre : acquérir la caravane et la retaper ; travailler à l’alchimie décors/costumes/accessoires ; réunir tout le matériel escompté pour la vidéo, la lumière et le son ; réserver le matériel manquant à l’APMAC ; faire des répétitions comédiens/musiciens et pré-écrire notre partition commune ; poursuivre la communication autour de notre événement

Du 1er au 12 octobre : entrer en résidence de création au Silo, période au cours de laquelle toute l’équipe artistique sera réunie et œuvrera à la mise en forme finale de notre création

Le 13 octobre 2018, à 20h30 : accueillir le public lors d’une représentation au Silo (durée envisagée : 1h30 à 2h)

Vous êtes une Entreprise,
et cette demande pour ce projet vous intéresse

Pour répondre à cette annonce et échanger avec l'opérateur culturel sur les possibles modalités du mécénat, connectez-vous à votre compte ou inscrivez-vous.
Connexion Inscription
Ou faites passer l'info

Chefs d'entreprises
Pourquoi devenir partenaires 5 raisons de s'engager dans le mécénat

Vous valorisez au mieux vos actifs dormants et autres ressources inexploités ou sous-exploités

qu’il s’agisse d’un matériau, d’un bien en stock, d’un local inoccupé, d’un savoir-faire ou d’une technologie

Vous développez de nouveaux réseaux professionnels

avec l’opportunité de rapprochements,
de synergies et de collaborations inédites,
facteurs de développement et de progrès

Vous vous démarquez au travers d'une nouvelle forme d'échanges économiques

témoignant de la capacité d’ouverture, d’engagement et d’innovation intersectorielle
de l’entreprise

Vous renforcez la notoriété et l'image de votre entreprise

en tant que partenaire actif et solidaire
de son environnement au profit de projets
d’intérêt général

Vous bénéficiez d'un avantage fiscal substantiel

une réduction d’impôt de 60 % de la valeur
du mécénat + 25 % de contreparties possibles
en communication et relations publiques